Art contemporain et jeux vidéos

Art Contemporain, les news

Les installations immersives utilisant la technologie des jeux vidéo: «En termes de compréhension de ce que c’est, nous sommes au début»
Eno et le concepteur de logiciels Peter Chilvers sont parmi les premiers artistes musicaux majeurs à explorer le potentiel artistique des technologies immersives développées principalement pour l’industrie du jeu vidéo.

De petites bulles colorées flottent toujours plus haut, grandissant à mesure qu’elles s’élèvent vers le ciel. Les gens dérivent dans un cercle de six écrans imposants, portant des visières holographiques 3D de haute technologie, comme des marcheurs de la lune qui font leurs premiers pas dans une atmosphère extraterrestre.

Ils tendent le bras et utilisent leurs pouces et leurs index pour pincer l’air devant eux. Chaque fois qu’ils le font, de nouvelles bulles apparaissent, et chacun émet un seul son musical précis.

Les tons se combinent et se dissipent. Il y a le son des grillons qui chantent, et des vagues de bruit blanc.

C’est Bloom: Open Space , une installation d’art et de musique créée par le producteur influent et pionnier de la musique Brian Eno et son collaborateur fréquent, le musicien et concepteur de logiciels Peter Chilvers. Il était situé à l’intérieur d’un énorme entrepôt dans le Westergasfabriek, un parc municipal et un complexe culturel à Amsterdam qui était autrefois une usine à gaz.

Eno et Chilvers sont parmi les premiers artistes musicaux majeurs à explorer le potentiel artistique des technologies immersives développées principalement pour l’industrie du jeu vidéo. D’autres musiciens, tels que Thom Yorke de Radiohead et Tarik Barri, entrent dans ce domaine «immersif» en utilisant des outils tels que des casques de réalité virtuelle, des lunettes holographiques à réalité mixte et des systèmes ambiophoniques immersifs.

«C’est le bon moment pour les artistes qui utilisent cette technologie», explique Nick Meehan, président fondateur et directeur artistique de l’Institut pour le son et la musique à Berlin, qui construit une structure de projection à six écrans et son surround appelée l’Hexadome ISM.

wakeboarding artwork
Plus tard ce mois-ci, Eno dévoilera un autre travail immersif dans l’ISM Hexadome, qui sera présenté pour la première fois dans l’atrium du musée Martin Gropius-Bau à Berlin, où il sera rejoint par d’autres artistes dont Yorke, Barri, le compositeur et producteur Ben Frost (en collaboration avec l’artiste visuel MFO) et les artistes sonores Holly Herndon et Peter Van Hoesen.

Après le spectacle de Berlin, la structure mobile fera une tournée en Europe et en Amérique jusqu’en 2019. Neuf œuvres créées à Berlin formeront la base de la tournée, avec les nouvelles mises en service ajoutés aux arrêts suivants, jusqu’à ce que la présentation en compte plus de 20. Berlin en septembre 2019.

A lire aussi : Street art à Strasbourg

« Nous voyons le début de la vague, pas encore la crête, de ce qui va arriver », dit Meehan. En plus de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, ce qui est en train d’émerger, c’est «la technologie spatiale où tout le monde vit quelque chose ensemble».

Eno dit qu’il a vu Bloom: Open Space , qui a eu une course limitée de cinq jours ici le mois dernier, comme « le début d’une expérience » avec ces nouvelles technologies. Il est basé sur Bloom, une application pour smartphone de 2008 créée avec Chilvers, qui génère également des bulles et des sons lorsque l’on appuie sur l’écran du téléphone. Son évolution immersive a été «une sorte de démo pour voir jusqu’où nous pourrions aller avec la technologie telle qu’elle est en ce moment», dit Eno.

Eno n’est pas entièrement enthousiaste sur les perspectives. « Je pense qu’il y a quelque chose », dit-il, de manière ambiguë. « Je suis très conscient des limites, mais je suis également attentif aux possibilités. » Mais il est attiré par le potentiel. « Je veux pouvoir être à l’intérieur de la musique, me promener et l’examiner de différents endroits », ajoute-t-il. « Je ne pense pas que ce soit un remplacement pour d’autres expériences musicales. Je pense que c’est une chose facile à ajouter.  »

Barri, qui a réalisé des vidéos pour Radiohead et fait une tournée avec le musicien électronique chilien-américain Nicolas Jaar, crée des effets vidéo en direct lors de ses concerts. Au cours de la dernière décennie, il a développé son propre logiciel, Versum, qui crée ce qu’il appelle un «monde virtuel 3D en temps réel» qui réagit à sa contribution.

A lire également : l’art et le jet ski

Au cours d’une performance en direct, Barri se trouve au centre de l’Hexadome et guide le public à travers une composition musicale dans son monde virtuel, en utilisant un joystick. « Nous, les auditeurs, les téléspectateurs, nous allons commencer à un moment donné dans l’espace, et ensuite, où nous nous déplacerons, nous déterminerons ce que nous voyons ou ce que nous entendons », explique-t-il. « Cela dépend vraiment de la façon dont je bouge quelle musique sera entendue. »

Barri n’utilise pas de lunettes de réalité virtuelle parce qu’il pense que «quelque chose collé à votre visage» est gênant et restrictif. Il dit qu’une grande partie de la technologie en cours de développement n’a pas de musiciens à l’esprit, donc la seule façon pour lui de créer le travail qu’il veut est de « vraiment plonger intensément dans la programmation ».

Eno performer avec Roxy Music au début des années 1970 (Rex)
Eno, un des premiers membres du groupe Roxy Music, a eu une longue carrière de technologies de flexion pour ses objectifs sonores alternatifs, comme l’utilisation de plusieurs cassettes dans les années 1980 pour créer des sons superposés et non synchronisés ou l’utilisation de 12 projecteurs haute puissance contrôlés par ordinateur. pour projeter des visuels pour sa pièce musicale « 77 millions de peintures » à travers les voiles de l’Opéra de Sydney en 2009.

« Cela va changer, bien sûr », ajoute-t-il. « La technologie deviendra de plus en plus transparente, et son utilisation deviendra moins difficile. À l’heure actuelle, il est difficile de se rappeler que vous n’essayez pas seulement de faire fonctionner le système, mais aussi d’essayer de faire quelque chose qui en vaut la peine.

Ce contenu a été publié dans Art par Mary. Mettez-le en favori avec son permalien.